Les Présentateurs

bande-anim

1962: Guy Lux – Léon Zitrone – Simone Garnier – Roger Couderc
1963 – 1990: Guy Lux – Léon Zitrone – Claude Savarit – Simone Garnier
1991: Guy Lux – Denise Fabre – Simone Garnier – Philippe Risoli – Evelyne Leclercq – Patrick Roy – Claude Savarit
1995 – 1996: Jean-Pierre-Foucault – Fabrice – Nathalie Simon – Olivier Chiabodo
1997: Jean-Pierre-Foucault – Thierry Roland – Nathalie Simon – Olivier Chiabodo
1998: Jean-Pierre–Foucault – Julien Courbet – Delphine Anaïs – Laurent Mariotte
1999: Jean-Pierre-Foucault – Fabrice – Laurent Mariotte – Nathalie Simon
2004: Nagui – Juliette Arnaud
2005: Nagui – Patrice Laffont – Nathalie Simon
2006 – 2007: Tex – Julien Lepers – Nathalie Simon – Vanessa Dolmen
2008: Tex – Julien Lepers – Nathalie Simon – Alessandro Di Sarno
2009: Nelson Montfort – Philippe Candeloro – Nathalie Simon

Robert Wurtz a arbitré les épreuves de 1998 et de 2004 à 2007
Philippe Corti a animé musicalement l’émission de 2005 à 2008.
Olivier Alleman a arbitré l’émission de 2008 à 2009.
Olivier Grandjean est l’arbitre des versions internationales depuis 2005, et des Crazy Games à la neige en 2013.

 

Guy Lux, l’homme qui avait une France à lui

anim07Guy Lux fut à la fois l’animateur le plus admiré et le plus décrié de sa génération. Le succès provoque toujours la convoitise et attise toutes les frustrations des rates de la vie. Et du succès, Guy Lux n’en a jamais manqué ! Il a réussi à battre des records d’audience que tout producteur télé normalement constitué rêverait d’atteindre. Ses émissions flirtaient allègrement et régulièrement avec les 60 % d’audience. Ce qui est déjà à l’époque, constituait des records absolus.
Doué par la télé, son éclectisme était à la hauteur de sa faconde… d’Intervilles à Cadet Rousselle, en passant par Le Palmarès des Chansons ou Le Schmilbic, il avait aussi à son arc cathodique, n’en déplaise aux intellos, quelques cordes culturelles que les « hateurs » de Lux ont « alzheimé » sciemment ou non. Dans ses premières émissions, l’opéra, l’histoire et la culture avaient toujours leur place, que ce soit pour La Roue Tourne, La Tête et Les Jambes (dont il fut initiateur), Cadet Rousselle ou Intervilles dans lesquelles une épreuve culturelle était systématiquement au programme.
A son actif il ne compte pas moins de 50 émissions et presque autant de succès… Le génie créatif de Guy Lux, jusqu’à son dernier souffle, ne fut jamais en mal de muses. Mais son fleuron c’est Intervilles. 50 ans. Toujours aussi jeune. Elle a diverti moins de trois générations. Cette émission n’a jamais cessé de faire rire toutes les générations confondues de tous les milieux sociaux dans tous les pays du monde.

 

Léon Zitrone : Sacre bonhomme, bonhomme sacré

anim06Aussi incontournable que Guy, le roi Léon à marque Intervilles tout autant de son empreinte ! Mais qui mieux que Guy Lux pouvait parler de son amie, de son complice ?
« Léon Zitrone, mieux qu’un homme de télévision, la télévision elle-même ! L’omniprésence qui avait fait de lui l’homme le plus connu, le plus célèbre, le plus aimé et le plus critiqué de France lui avait-elle tourné la tête ? Voilà qui est bien difficile à dire car c’est à la télé, par la télé, que je l’ai connu et je ne peux pas dire ce qu’il était avant.
Pour ceux qui est d’Intervilles, j’ai souvent dit que dans une bataille aussi difficile que cette lutte de clochers, Leone était tout à la fois la division blindée qui faisait la brèche dans les hésitations municipales ; puis une fois la place conquise, il était à lui seul la troupe d’occupation ; et, le combat terminé, il était aussi le défilé de la victoire !
Intervilles sans Léon, je ne l’imagine pas. Certes, il multiplie sa présence par dix, notre tâche par vingt, mais il multiplie aussi le succès de l’émission à laquelle il participe par cent ! »

En voiture, Simone !

Simone Garnier, surnommée « le sourire d’Intervilles », a vu sa vie basculer l’été 1962 après avoir été choisie pour présenter aux cotes de Guy Lux, l’émission qui allait faire d’elle une vedette du petit écran. Deux minutes suffirent au célèbre animateur pour remarquer la jeune et jolie speakerine lyonnaise, à l’occasion d’un décrochage dans le cadre de son jeu télévisé La Roue Tourne.
Simone Knap à la ville (elle préféra garder son nom de jeune-fille, pour des raisons évidentes de prononciation) fut à la fois l’animatrice et la garante bienveillante et maternelle des chipotages de cour de récré de joutes d’Intervilles pendant près de vingt ans (de 1962 à 1991). Elle en était l’indispensable touche féminine.
Son prénom reste associe à une célèbre expression populaire française : « En voiture, Simone ! », que Guy Lux remit au gout du Jour dans Intervilles.

 

Nathalie Simon

anim05Nathalie est une passionnée du sport en général et en pratique de nombreux comme le VTT, les sports de glisse, le jogging, la natation etc… En 1986 elle se reconvertit dans la télévision et dans les affaires. Elle arrive sur Intervilles en 1995 aux côtés de Jean-Pierre-Foucault, Fabrice et Olivier Chiabodo jusqu’en 1999. Au cours de l’émission, l’animatrice est toujours en mouvement, intrépide et coriace. Son rôle est de tester les animations et d’en montrer le fonctionnement au public. Elle fait son retour sur Intervilles en 2005 sur France 2 aux côtés de Nagui et Patrice Lafont, puis avec Julien Lepers et Tex en 2006.

 

 

Jean-Pierre-Foucault

En effet il a 30 ans de carrière autant en tant qu’artiste, chef d’entreprise et cumule les fonctions dans le football et les médias. A 17 ans il remporte un concours d’animateur organisé par RMC ce qui lui permet d’être engagé aussitôt. Après avoir animé de nombreuses émissions telles que C’est dimanche ou encore Sacré Soirée sur TF1, Les années Tube, Le Monde est fou, Jean-Pierre-Foucault arrive aux commandes d’Intervilles avec Fabrice entre 1995 et 1999.

Fabrice

anim04Né en 1941, Fabrice est un personnage aux multiples facettes: chanteur, écrivain, animateur radio comme dans Les Grosses têtes, La case trésor ou encore Casino Parade. Il arrive à la télévision aux côéts de sa complice Sophie Garel avec Atoukado puis ensuite Quat’z’amis, une émission de jeux éducatifs pour les enfants. Fabrice a par la suite animé Jeux sans frontières avec Marie-Ange Nardi en 1988 et 1989. Le grand retour d’Intervilles est assuré par Fabrice et Jean-Pierre-Foucault dont les duos de mauvaise foi feront fureur. Fabrice, aujourd’hui retiré en Suisse a marqué plus de 30 ans de la télévision et de la radio et suscité un grand nombre de vocations.

Olivier Chiabodo

Sportif complet, il pratique aussi bien le basket, la plongée, la voile que le surf et le catamaran. Olivier Chiabodo est très prisé dans les émissions de variétés et de divertissements de TF1. En 1992, il arrive sur l’émission Les marches de la gloire où il présente la rubrique Les gestes qui sauvent. En janvier 1994, il présente La route de la fortune, et durant l’été il arrive à Intervilles et participe même à Intervilles glace en décembre. En 1996, il crée le jeu La carte aux trésors présenté par Sylvain Augier sur France 3. Olivier Chiabodo dit d’Intervilles que c’est « une très bonne école du direct, de l’improvisation et du contact authentique avec les téléspectateurs et spectateurs. »

 

Julien Lepers

anim03Né à Paris, il commence par étudier le droit avant de débuter à RMC puis rejoindra plus tard l’équipe de RTL. En 1988, il devient le meneur de Questions pour un Champion et anime pour la première fois Intervilles au Touquet lors de l’été 2006.

Tex

Ce présentateur humoriste a débuté en 1984 au Théâtre de Bouvard avec Muriel Robin et Jean-Marie-Bigard. En 1996, il fait ses premiers pas à la radio avec Arthur dans les matinales d’Europe 2. Il participe également régulièrement aux Grosses Têtes sur RTL et à Rires et Chansons sur Europe 2. Invité sur de nombreux plateaux, Tex devient animateur de télévision en 2000 et succède à Jean-Luc Reichmann dans Les Z’Amours sur France 2. Il donne la réplique à Julien Lepers sur Intervilles tous les étés sur France 3 depuis 2006.

 

Olivier Alleman

anim02S’il est un homme qui n’est pas arrivé à Intervilles par hasard ou par opportunité, c’est bien Olivier Alleman, dernier arbitre en date d’Intervilles et d’Intervilles Juniors. Son graal depuis l’enfance être l’acteur de l’émission. En 1996 il participe à la rencontre Intervilles entre Dax et Bayonne, au cours de laquelle il défend les couleurs de la ville Basque. Resté ensuite en contact avec Yves Launoy, l’un des producteurs de l’émission, il se retrouve assistant de production lors de la spéciale Intervilles Paris-Pékin en 1999. En 2003, il débute dans l’arbitrage de l’émission sur la version portugaise du jeu ainsi que les Intervilles internationaux en Chine. Après trois étés passés aux côtés de l’ancien arbitre international de football, il devient arbitre officiel d’Intervilles, pendant l’été 2007. Prenant son rôle d’arbitre avec rigueur et bonne humeur, Olivier s’adapte au mieux de toutes les situations périlleuses que l’on doit installer à Intervilles et à ses nombreux éléments difficiles à maitriser (les vachettes par exemple…). On le retrouvera dans Intervilles Junior chaque week-end sur France 3 en 2008.

 

Olivier Grandjean

anim01Il était l’animateur vedette de la TSR dans les années 1990, puis animateur star d’Intervilles et ses déclinaisons à travers le monde comme Paris-Pékin en 1999 retransmis sur TF1. A l’occasion du lancement des « Crazy Games à la neige » sur Gulli, le Franco-Suisse est à nouveau animateur vedette de l’émission.
Olivier Grandjean tient ces propos à propos d’Intervilles « C’est une expérience professionnelle unique et toujours renouvelée. Ce sentiment est partagé par tous en fin de tournages. On pourrait parler d’une famille, elle existe, et aime se retrouver à chaque occasion pour bosser n’importe où et dans n’importe quelles conditions climatiques ou autres, en Malaisie comme en Chine, à Paris comme à Méribel ».